Archives du mot-clé Maurepas

Tombés pour la France au Forest

100 chasseurs, sous-officiers et officiers du 43e bataillon de chasseurs ont été tués entre Maurepas et Le Forest.

Certains sont inhumés à la Nécropole Nationale de Maurepas :maurepas-cimetiere

 

boucat-maurepas2de-kermel-1clement-maurepas2mynard-tombe2jagaille-etinehemrefeuille-etinehemrevoilmoulis-etinehemjoyard-cerisy4gaveau-cerisy5meline-amiens-st-acheulgoulot-etinehemrocheret-rancourt2tribouiller-maurepas2 vincent-etinehem2collomb-etinehem-2patroix-maurepas2beaud-maurepas2durafour-maurepas2heren-rancourt2

Cliquez sur les photos pour agrandir

Quelques visages :

mynard1

Sergent Jacques MYNARD

cliquez sur le lien :

Mynard

 

eugene-chauffard3

Chasseur Eugène CHAUFFARD

cliquez sur le lien :

Chauffard

 

monteillard

Chasseur PIerre MONTEILLARD

Agent de liaison du commandant Michelin

lejointmodifie

Sergent Fernand LEJOINT

cliquez sur le lien :

Lejoint

 

j-de-kermel-001_1_1

Sergent Jacques de KERMEL

cliquez sur le lien :

de Kermel

 

patroix

Louis François PATROIX

Né à Divonne (Ain) en 1884

patroix-maurepas2

 

Maxime HENON

henon

 « Chasseur d’un courage admirable. Agent de liaison des plus consciencieux, a toujours rempli ses missions avec le plus grand mépris du danger. »

Source photo : Livre d’Or de l’Ecole Massillon (Paris)

Eugène DESERTOT

bp-2001055

Né en 1887 à Ladoix-Serrigny (Côte d’Or)

Tailleur de pierre

3 septembre 1916 l’assaut

Dans la tranchée de départ

le-forest-heure-h

Souvenirs du sergent Louis POOT :

 » Le 3 septembre à midi nous attaquons dans un enfer de feu. Il faut franchir les barrages de l’artillerie allemande. Enfin vers 14 h nous avons atteint notre objectif. Notre bataillon est composé en majeure partie de réservistes de Bourgogne des Vosges et de Parisiens. A la suite de cet épisode le bataillon est cité à l’ordre de la division car le 3 septembre 1916 après avoir tenu 5 jours sous un violent bombardement et perdu, par un tir de contre préparation le cinquième de son effectif, il a d’un seul élan atteint son objectif à 900 mètres du point de départ. Objectif conquis à la grenade et au couteau sur trois tranchées ennemies demeurées intactes et garnies de mitrailleuses. Après s’être emparé de 7 mitrailleuses, de 5 officier et de 190 grenadiers de la garde prussienne qui ont avoué à l’interprète n’avoir jamais imaginé assaut si âprement poussé. A cette attaque je reçois ma première citation. « 

Le chemin de Maurepas au Forest en septembre 2016 :

 

chemin-leforest

 

 

 

La Somme : le chemin du Forest

Souvenirs du sergent Louis Poot du 43e bcp :

 » Le 29 août 16 nous arrivons à Bray sur Somme. Le soir nous allons prendre les premières lignes. Nous traversons Maricourt, Maurepas. Dans le ravin de Maurepas que de cadavres nous avons vus !

Et les  tout jeunes gens de la classe 16, ils me font une grande pitié : pauvres gosses. Pour la première fois ils éprouvent le baptême du feu : c’est terrible. On dirait des moutons que l’on mène à l’abattoir. A chaque rafale d’obus ils se couchent et ne veulent plus se relever. Heureusement que j’ai des anciens au cœur solide pour me seconder. Nous intercalons un jeune, un ancien, et ces malheureux avancent sous l’odeur du sang, de la poudre, des cadavres. C’est affreux.

Le canon ne s’arrête pas. Les artilleurs sont tout près de nous à 400 mètres. Derrière les fantassins que de canons ! Ils sont tout près les uns des autres comme des tirailleurs. Je n’ai jamais vu autant de canons que dans la Somme.

A notre tour nous devons attaquer. Nous avons comme objectif : Le Forest. « 

leforest

carte maurepas3

Source carte  : JMO, site Mémoire des Hommes, ministère de la Défense