Archives du mot-clé caverne du Dragon

Craonne juillet 1917

Monté en ligne le 23 juillet le bataillon part relever des bataillons du 334e RI  au nord-est de Craonne, à droite du Plateau de Californie.

« Un communiqué a prétendu que nous avions repris toute notre ancienne ligne sauf un petit ouvrage alors que c’est juste le contraire : nous avons repris un petit coin et le reste est resté aux boches. »

« En montant une de mes sections a perdu ses 2 sergents. Le 25 j’avais 48 hommes avec moi dans la tranchée pour toute la compagnie. »

Lettre du capitaine Roy, juillet 1917

 

Pertes du Bataillon du 24 au 26 juillet :

GAUTIER Gaston Albert                       bleuet

Né à Marmesse (Haute-Marne) en 1899, Pupille de l’Assistance Publique, résidant à Marnay

Engagé volontaire en 1916, cité à l’ordre de la Division : « A fait preuve dès son arrivée au bataillon d’un courage rare et d’une audace peu commune. Toujours volontaire pour les patrouilles délicates et les postes dangereux pendant la période du 16 au 24 juin 1917. »

Cité au bataillon « Chasseur du Groupe Franc remarquable par son courage et son audace a été tué au cours d’un violent bombardement le 24 juillet 1917. »

Gautier Pontavert

 

LAUZANNE Henri

Sergent né à Louvières (Haute Marne) en 1881

MASSEROLI Paul                          bleuet

Né à Fraize (Vosges) en 1896  (Groupe Franc)

Masseroli Pontavert

 

LECLERC Aimé

Né à Argenteuil (Seine) en 1880

PIERSON Jules

Sergent né à Villers Cotteret (Aisne) en 1889

VERCASSON Antoine

Né à Brossaines (Ardèche)  en 1886, résidant à St Cyr sur le Rhône (Rhône)

« Chasseur très discipliné et courageux blessé le 10/8/1914 et  le 18/6/1915.  Blessé le 18/6/1917 à Hurtebise. Tué à son poste de combat le 25 juillet 1917 en repoussant une attaque ennemie. »

RIOTTE Robert         bleuet

Né à Chamesson (Côte d’Or) en 1896

riotte et 25 - Dos de 3 soldats

De gauche à droite chasseurs Riotte, Roussiaux et Chadefaux

Photo appartenant à Robert Riotte, annotée de sa main

Merci à Lionel Riotte son neveu

Lien vers la page du :

Chasseur RIOTTE

 

 

 

 

 

 

Hurtebise juin 1917

Hurtebise - JMO 7e génie, compagnie août année 1917. page 33

Carte extraite du JMO du 7eme régiment du Génie aout 1917

 

Extraits d’une lettre du  caporal Robert RIOTTE Mort Pour La France à Craonne le 27 juillet 1917 :

Le 15 juin à 3 h de l’après midi nous quittons le camp de Glennes pour monter aux tranchées. Nous relevons le 144e RI en 1ere ligne au Monument d’Hurtebise en liaison avec le 152e. Vers minuit nous prenons nos emplacements et une fois les consignes passées nous passons la nuit assez tranquillement (poste d’écoute).

16 - Le monument

Credit photo : Chasseur R.Riotte. Merci à Lionel Riotte son neveu

Le 16 juin au matin les boches envoient des torpilles sur la 9e. Résultat : une dizaine de blessés assez grièvement. Le soir à 8 h les boches déclanchent un bombardement terrible avec des minen et des fusants et aussitôt l’attaque se déclanche en vagues d’assaut en colonne par 4 sur la Pointe du Doigt.

Avant l’attaque je me trouvais dans un abri sous un rocher à flanc de coteau en avant de notre 1ere ligne avec quelques hommes de ma section. Les obus tombant sur l’abri et devant l’entrée il nous est impossible de sortir. A 10h je profite d’un moment de calme pour gagner la tranchée en rampant avec Pechinot et Grandadam. En arrivant à notre emplacement nous sommes accueillis par une rafale de grenades que les boches nous envoient sans arrêt. Grandadam est blessé et se replie avec Pechinot. Je gagne en vitesse la tranchée de soutien. Mais au tournant du boyau j’entends un maniement de culasse et je me retrouve au bout d’un fusil. En face de moi je reconnais mon ancien copain Artaud qui furieux d’avoir manqué de me tuer va prendre un poste un peu plus loin où il est blessé peu après.  Alors je me retrouve avec la 7e compagnie qui a remplacé la 8e, qui n’était plus assez nombreuse pour tenir,  la 1ere section étant prisonnière, le capitaine de Gouvello et le lieutenant Fedit blessés.

Le 17  juin la 1ere section prend la garde à l’entrée du Tunnel.

Le 18  juin vers 4 h je reçois l’ordre d’aller avec mon escouade au boyau Vidal avec des tromblons et des V.B. pour soutenir la 9e cie en prévision d’une attaque ennemie.  Aussitôt un 155 tombe à 50 mètres derrière nous, puis un 2eme plus près puis un 3eme encore plus près. Des fusées sont envoyées pour faire allonger le tir. Par mégarde une demande de tir de barrage est envoyée. Alors les deux artilleries bombardent d’une façon intenable pendant une demi-heure.

Le 19  juin nous allons relever la section de garde au Tunnel pendant 2 jours.

10 - Entrée du tunnel (2)

Entrée du Tunnel

Credit photo : R. Riotte

Le 21 juin nous relevons une section de la 7e aux tranchées du Monument. Tous les jours bombardement de la 1ere ligne allemande avec les 155 et les 240.

Le 24 relève par le 152e et le Groupe Franc de la division pour l’attaque du lendemain.

Du 25 au 30 en réserve de division à Maisy.

Lien vers la page du site consacrée au chasseur RIOTTE :

Le chasseur Riotte

 

Récit du sergent Louis POOT :

 » Le 26 juin,  prise de la Caverne du Dragon. Avec ma section je suis chargé du nettoyage de la grotte. Au cours des opérations le feu est communiqué à un cordon bickford. Voyant immédiatement le danger je saute à pieds joints sur le cordon. J’arrête la progression de la flamme à hauteur de mes genoux : pantalon et capote sont en feu. Je me roule par terre pour arrêter le feu après moi. Je sauve la vie à plus de 60 hommes. Une nouvelle citation m’est accordée avec les félicitations du colonel commandant le 152e RI. »