Tombés pour la France au Forest

100 chasseurs, sous-officiers et officiers du 43e bataillon de chasseurs ont été tués entre Maurepas et Le Forest.

Certains sont inhumés à la Nécropole Nationale de Maurepas :maurepas-cimetiere

 

boucat-maurepas2de-kermel-1clement-maurepas2mynard-tombe2jagaille-etinehemrefeuille-etinehemrevoilmoulis-etinehemjoyard-cerisy4gaveau-cerisy5meline-amiens-st-acheulgoulot-etinehemrocheret-rancourt2tribouiller-maurepas2 vincent-etinehem2collomb-etinehem-2patroix-maurepas2beaud-maurepas2durafour-maurepas2heren-rancourt2

Cliquez sur les photos pour agrandir

Quelques visages :

mynard1

Sergent Jacques MYNARD

cliquez sur le lien :

Mynard

 

eugene-chauffard3

Chasseur Eugène CHAUFFARD

cliquez sur le lien :

Chauffard

 

monteillard

Chasseur PIerre MONTEILLARD

Agent de liaison du commandant Michelin

lejointmodifie

Sergent Fernand LEJOINT

cliquez sur le lien :

Lejoint

 

j-de-kermel-001_1_1

Sergent Jacques de KERMEL

cliquez sur le lien :

de Kermel

 

patroix

Louis François PATROIX

Né à Divonne (Ain) en 1884

patroix-maurepas2

 

Maxime HENON

henon

 « Chasseur d’un courage admirable. Agent de liaison des plus consciencieux, a toujours rempli ses missions avec le plus grand mépris du danger. »

Source photo : Livre d’Or de l’Ecole Massillon (Paris)

Eugène DESERTOT

bp-2001055

Né en 1887 à Ladoix-Serrigny (Côte d’Or)

Tailleur de pierre

3 septembre 1916 l’assaut

Dans la tranchée de départ

le-forest-heure-h

Souvenirs du sergent Louis POOT :

 » Le 3 septembre à midi nous attaquons dans un enfer de feu. Il faut franchir les barrages de l’artillerie allemande. Enfin vers 14 h nous avons atteint notre objectif. Notre bataillon est composé en majeure partie de réservistes de Bourgogne des Vosges et de Parisiens. A la suite de cet épisode le bataillon est cité à l’ordre de la division car le 3 septembre 1916 après avoir tenu 5 jours sous un violent bombardement et perdu, par un tir de contre préparation le cinquième de son effectif, il a d’un seul élan atteint son objectif à 900 mètres du point de départ. Objectif conquis à la grenade et au couteau sur trois tranchées ennemies demeurées intactes et garnies de mitrailleuses. Après s’être emparé de 7 mitrailleuses, de 5 officier et de 190 grenadiers de la garde prussienne qui ont avoué à l’interprète n’avoir jamais imaginé assaut si âprement poussé. A cette attaque je reçois ma première citation. « 

Le chemin de Maurepas au Forest en septembre 2016 :

 

chemin-leforest

 

 

 

Le chasseur Risser

1er septembre

« De ces horribles batailles de tranchées, celle de la Somme fut l’une des plus acharnées. Les journées et les nuits qui précédèrent l’assaut du 3 septembre, nous avons vécu recrocquevillés dans des trous pleins de boue, au milieu des cadavres dont l’odeur était épouvantable, sous un bombardement ininterrompu qui n’avait pas laissé un brin d’herbe. A chaque instant les éclatements vous soulevaient, vous roulaient, vous enterraient. La nuit, les milliers et les milliers d’éclairs des arrivées et des départs des obus, les fusées éclairantes déchiraient le ciel et de partout entre les lignes montaient les appels déchirants des blessés et des mourants qu’on ne pouvait aller chercher. »

Général de Gouvello – « Les paradis ne peuvent mourir »  - Souvenirs

 

L’attaque est fixée au 3 septembre à midi. Notre première ligne la tranchée des Roumains avec son doublement, l’une et l’autre simplement ébauchés, formaient la tranchée de départ.  Les tirs de préparation de l’artillerie française s’abattent sur cette première ligne, la détruisent et tuent ou blessent de nombreux chasseurs.

Citation du chasseur Joseph VAREY de Corlier dans l’Ain :

 » Chasseur dévoué s’est porté spontanément au secours de ses camarades ensevelis sous un éboulement et les a dégagés. A été blessé lui-même par éboulement. « 

Parmi les tués,  le chasseur Marcel RISSER du groupe franc :

« Par cet après-midi du 1er septembre il est là, au flanc d’un talus, calme sous le bombardement..un obus lui coupe les deux jambes. Sur le brancard qui l’emporte au poste de secours il parle doucement, il chante la Sidi Brahim… »

Commandant Michelin : « Présents ! »

risser marcel -tué début 14-18 au dessus de Ormont (fils de soeur de marie laurent) (2) TRANSPARENT

Lien vers l’article du site 43bcp.fr :

Risser

 

 

 

 

La dernière lettre du chasseur Girard

Le 31 août un ordre d’attaque donne pour objectif au 43e bcp une série de tranchées allemandes à cheval sur le chemin Maurepas – Le Forest.

Le 31 août le chasseur Claudius Girard écrit à sa sœur Marie :

1915_08_31_Carte_de_Claudius_Girard_frere_de_Marie_Messin_mort_au_combat_31_Aout_1916 (2) (2)

Chère Marie, Je t’envoie ces deux mots pour te dire que je suis toujours en bonne santé seulement nous allons attaquer il y a encore deux chances sur trois être prisonnier ou blessé si j’en revien je t’écrirai aussitôt.

Je n’ai pas eu de nouvelles de Nièvre depuis que tu y étais je ne sais pas si mon père va mieux ou plus mal s’il n’y avait pas eu cette attaque je serai en permition à présent. Tu donnerat bien le bonjour a rené ainsi qu’a toute la famille.

Ton frère qui vous embrasse tous bien fort

Claudius

1915_08_31_Carte_de_Claudius_Girard_frere_de_Marie_Messin_mort_au_combat_31_Aout_1916 (2)

 » En tou cas que je ne me rentourne pas vous prendrez soin de mon père.

Je suis au secteur 192 dans la Somme. « 

Claudius Girard fut tué le lendemain 1er septembre.

Agé de 34 ans il était cultivateur à Nievroz dans l’Ain.

Merci à Michel Bert son petit-neveu qui nous a transmis ce document

 

La Somme : le chemin du Forest

Souvenirs du sergent Louis Poot du 43e bcp :

 » Le 29 août 16 nous arrivons à Bray sur Somme. Le soir nous allons prendre les premières lignes. Nous traversons Maricourt, Maurepas. Dans le ravin de Maurepas que de cadavres nous avons vus !

Et les  tout jeunes gens de la classe 16, ils me font une grande pitié : pauvres gosses. Pour la première fois ils éprouvent le baptême du feu : c’est terrible. On dirait des moutons que l’on mène à l’abattoir. A chaque rafale d’obus ils se couchent et ne veulent plus se relever. Heureusement que j’ai des anciens au cœur solide pour me seconder. Nous intercalons un jeune, un ancien, et ces malheureux avancent sous l’odeur du sang, de la poudre, des cadavres. C’est affreux.

Le canon ne s’arrête pas. Les artilleurs sont tout près de nous à 400 mètres. Derrière les fantassins que de canons ! Ils sont tout près les uns des autres comme des tirailleurs. Je n’ai jamais vu autant de canons que dans la Somme.

A notre tour nous devons attaquer. Nous avons comme objectif : Le Forest. « 

leforest

carte maurepas3

Source carte  : JMO, site Mémoire des Hommes, ministère de la Défense

30 juin : la relève

 

Fin juin 1916, à l’issue d’une inspection, le général Passaga commandant la division déclare enfin solide ce secteur à catastrophes. Seule la profondeur des tranchées n’est pas, et ne sera d’ailleurs jamais, à la taille du général qui dépasse de la tête les parapets…

Le  30 juin un bombardement massif par torpilles de gros calibre s’abat sur les ouvrages, au moment même de l’arrivée du 334e RI qui vient relever le bataillon.  L’ennemi n’a pas bougé. Sur la première position tout est ravagé, comblé, démoli. Les entonnoirs font 5 mètres de large et 2 mètres 50 de profondeur.  Les abris sont effondrés sur les garnisons qui s’y étaient réfugiées.  Au fond d’un abri, des hommes appellent désespérément. Au milieu d’eux, jambes brisées, corps tordu sous une poutre, le chasseur Delacôte essaie de les calmer :

« Ne criez pas » leur dit-il « Attendez, vous savez bien qu’on viendra nous chercher. »

Delacôte, à peine délivré, rendra le dernier soupir.

Ailleurs, au fond d’une sape, le sergent Laplace, à demi écrasé, réconforte ses chasseurs et organise leur délivrance. Il succombera peu après.

Viewty

Morts du 43e bcp :

Alphonse DELACOTE né à St Dié des Vosges en 1884, inhumé à la NN de Dannemarie

Jean LOUBAT né en 1888 à St Flour dans le Cantal

Jean LAPLACE né en 1890 à Thaix dans la Nièvre

Du 334e :

19160630-Girardet-Jean-Crozet-092-T087

Jean GIRARDET de Crozet dans l’Ain

Bernard CAYREL

Louis PUGET

Jean LACAGNE

Benoit THUILIERE

Antoine CHAUVOT

Emile MONTUPET

Jean GELIN

Paul GAUMIER

Louis FAVARDIN

Hippolythe MOUTTE

 

 

 

Commandant Michelin

michelin1 002

Juin 1916 : Le commandant Michelin prend le commandement du bataillon.

 » L’évènement du bataillon a été le changement du Commandant. L’ancien a été débarqué assez rudement pour aller prendre un commandement de bataillon dans un régiment. Nous n’avons pas perdu au change. Notre nouveau Commandant a certainement plus de valeur, plus d’allant, d’entrain et de décision. Il connaît bien la psychologie des hommes et s’intéressera certainement plus à leur bien-être et à leur moral. »

Lieutenant Roy, 24 juin 1916

Lien vers l’article :

Commandant Michelin

Schönholtz

2 juin 1916 – Le bataillon arrive dans le secteur du Schönholtz et va cantonner à Hagenbach (Haut Rhin)

Schönholz 1918 (2)

Les tranchées françaises en rouge, le secteur allemand en bleu

Création du Groupe Franc du 43e bcp sous les ordres du sous-lieutenant de Gouvello

12 juin 1916 :  » Le Général commandant la 133ème DI félicite les patrouilles du 43ème bataillon de Chasseurs qui sous les ordres du Sous-Lieutenant de Gouvello ont habilement exécuté le 10 juin une reconnaissance audacieuse au Schönholz et ont rapporté des renseignements précis sur l’organisation ennemie. »

- 26 juin :  » Le Général commandant la 133éme DI adresse ses félicitations au Sous-Lieutenant de Gouvello du 43ème BCP et à son Groupe Franc pour l’habileté et la hardiesse dont ils ont fait preuve dans la reconnaissance du 23 juin. « 

Signé Général Passaga

 

4 juin – Le chasseur FLIN Emile se tue accidentellement en nettoyant son fusil qui était chargé

Viewty

Emile FLIN de Sainte Solange dans le Cher

6 juin – Tirs de mitrailleuses ennemies sur le sous-secteur Pichegru.

Le caporal ROBOLIN  est blessé, il décède le 12 juin à l’ambulance à Dannemarie.

Viewty

Camille ROBOLIN né en 1882 à Saint Jean le Vieux dans l’Ain

16 juin – L’ennemi tente un coup de main sur les sapes après une préparation par crapouillots. Il est repoussé à coup de grenades, de tirs de fusils et de tirs de mitrailleuses.

4 chasseurs sont blessés,  le chasseur MULLER  Joseph est tué.

Muller Plainfaing

Inhumé au cimetière de Plainfaing dans les Vosges où il est né en 1883

 

 

Seppois

 

carte seppois1

Source : J.M.O. • 24 octobre 1916-16 avril 1918 • 26 N 760/12  – Mémoire des hommes – Journaux des unités (1914-1918) – Ministère de la Défense

«  Nous ne sommes plus dans les bois et il faut donc rester sous terre tout le temps. J’ai juste un poste boche à 30 mètres de ma tranchée. Mon poste de commandement est malgré tout habitable…J’occupe un saillant d’une certaine importance et dont se préoccupent les autorités mais je suis persuadé que l’on ne nous l’enlèverait pas si facilement que cela, et je dors assez tranquille. « 

Lieutenant Roy, mai 1916

7 mai 1916 – Vers 13h l’ennemi canonne un groupe de travailleurs aux abords du PC du sous secteur du Pylone blessant le chasseur GANUZA de la 10e cie. Celui-ci succomba une heure après environ.

Ganuza Altkirch

Adolphe Ganuza né à Paris en 1888, inhumé au cimetière d’Altkirch

10 mai – Tir d’une mitrailleuse ennemie sur le Bois Pointu. A 7h 30 le chasseur AVRY placé en sentinelle derrière un sac à terre au poste avancé 15 est tué par balle. Viewty

Arcade AVRY né à Coussay dans la Vienne en 1893. Blessé le 12/8/1914 à St Blaise, blessé le 8/5/1915 à Notre Dame de Lorette. Inhumé à Altkirch.

 » Excellent chasseur a toujours fait courageusement son devoir. Frappé mortellement par une balle dans un poste d’écoute très près des lignes ennemies. »

14 mai – L’ennemi canonne les abords du PC 117 tuant le chasseur CASTANIER Viewty

Léon CASTANIER né à Cussy les Forges (Yonne) en 1893

« Chasseur d’élite agent de liaison courageux et d’un dévouement inlassable. Tué le 14 mai 1916  en portant un ordre. Déjà blessé au cours de la campagne. »

carte seppois2

La tranchée où a été tué le chasseur Castanier porte le nom de « boyau Castanier » sur les cartes d’état-major (1917)

 

Pfetterhouse

« Nous avons pris les avant-postes. Les boches sont embusqués à moins de 300 mètres. Les 75 nous sifflent souvent au-dessus de la tête. Les boches tirent aussi volontiers. »

Lieutenant Roy, avril 1916

abris français pfetterhaus

Abri français à Pfetterhouse

Le 1er avril 1916 les 7e et 8e compagnies effectuent des travaux de défense du village de Pfetterhouse . Les 9e et 10e compagnies sont en 1ere ligne dans le secteur de la Grande Largue sous un bombardement intense. Au cours de ce bombardement les chasseurs FEUILLAFEE Alfred, CANFRERE Theophile et BELLET Maurice sont tués.

Le 3 avril le chasseur BARBET Etienne est blessé il succombera 3 jours plus tard.

Viewty

Viewty

Barbet

Le 16 avril le chasseur Léon DROUVAIS est tué lors d’un bombardement dans le même secteur. Il est inscrit sur le Monument aux Morts de Blanot (Côte d’Or)

Viewtydrouvais blanot