Verdun

1er novembre 1917 : Départ pour Verdun

Retiré du secteur de Reims, le 43e bcp est en ligne à Verdun du 4 novembre au 17 décembre, sans relève, dans le secteur de Bezonvaux, bois des Caurières.

caurieres

La crête des Caurières à Verdun, novembre 1917

Au sommet de la crête des Caurières une première ligne sans réseaux, sans tranchée profonde ni boyaux d’accès continus, sans abris. Cette crête est prise d’enfilade par les batteries de la Woëvre.

Au début de novembre 1917, la lutte était encore chaude et journalière sur la rive droite de la Meuse. Le secteur de Bezonvaux offrait à l’ennemi l’occasion d’écraser, sans danger de riposte sérieuse, la garnison qui l’occupait. Dans ce secteur inorganisé, inorganisable, où les lignes consistaient en des trous d’obus, où les hommes vivaient dans la boue liquide, à 50 mètres à peine d’un ennemi solidement retranché, dans ce secteur perché à gauche sur la crête d’Hassoule, encaissé à droite dans le fond de Bezonvaux, séparé de ses bases de ravitaillement par un formidable ravin qu’enfilaient les mitrailleuses et que le bombardement avait transformé en une succession d’immenses entonnoirs, dans ce secteur où il était impossible de faire le moindre mouvement, et où à tout instant on était menacé d’être attaqué et culbuté dans le cloaque bourbeux du Fond des Rousses, le bataillon fit preuve d’une endurance, d’une ténacité, d’un courage qu’il n’a pas dépassé dans ses plus belles heures…

Commandant Michelin

 

Récit du sergent Louis Poot :

« Le 5 novembre 1917, nous allons en ligne à Bezonvaux par des pistes où l’on enfonce dans la boue : nous passons la nuit dans de petits abris plein de boue. Le 9 au soir, nous montons en 1ère ligne. Nous sommes de sentinelle toute la nuit dans la boue jusqu’aux genoux. Aucun repos ; il fait froid, la pluie tombe sans arrêt et les obus aussi. Le 9 il pleut, le 11 il pleut. Le 12 novembre, notre trou d’obus est repéré par un avion ; les 130 tombent presque sur nous ; chaque éclatement nous couvre de boue. Mon équipement et ma capote ne sont qu’un bloc de boue. A cause de cette boue, nous ne pouvons creuser ni tranchées ni abris. Nos outils ne peuvent être utilisés, car on ne peut en détacher la boue qui y adhère ; il faut creuser avec les mains… »

 

 

 

 

           

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>