Archives mensuelles : septembre 2016

Tombés pour la France au Forest

100 chasseurs, sous-officiers et officiers du 43e bataillon de chasseurs ont été tués entre Maurepas et Le Forest.

Certains sont inhumés à la Nécropole Nationale de Maurepas :maurepas-cimetiere

 

boucat-maurepas2de-kermel-1clement-maurepas2mynard-tombe2jagaille-etinehemrefeuille-etinehemrevoilmoulis-etinehemjoyard-cerisy4gaveau-cerisy5meline-amiens-st-acheulgoulot-etinehemrocheret-rancourt2tribouiller-maurepas2 vincent-etinehem2collomb-etinehem-2patroix-maurepas2beaud-maurepas2durafour-maurepas2heren-rancourt2

Cliquez sur les photos pour agrandir

Quelques visages :

mynard1

Sergent Jacques MYNARD

cliquez sur le lien :

Mynard

 

eugene-chauffard3

Chasseur Eugène CHAUFFARD

cliquez sur le lien :

Chauffard

 

monteillard

Chasseur PIerre MONTEILLARD

Agent de liaison du commandant Michelin

lejointmodifie

Sergent Fernand LEJOINT

cliquez sur le lien :

Lejoint

 

j-de-kermel-001_1_1

Sergent Jacques de KERMEL

cliquez sur le lien :

de Kermel

 

patroix

Louis François PATROIX

Né à Divonne (Ain) en 1884

patroix-maurepas2

 

Maxime HENON

henon

 « Chasseur d’un courage admirable. Agent de liaison des plus consciencieux, a toujours rempli ses missions avec le plus grand mépris du danger. »

Source photo : Livre d’Or de l’Ecole Massillon (Paris)

Eugène DESERTOT

bp-2001055

Né en 1887 à Ladoix-Serrigny (Côte d’Or)

Tailleur de pierre

3 septembre 1916 l’assaut

Dans la tranchée de départ

le-forest-heure-h

Souvenirs du sergent Louis POOT :

 » Le 3 septembre à midi nous attaquons dans un enfer de feu. Il faut franchir les barrages de l’artillerie allemande. Enfin vers 14 h nous avons atteint notre objectif. Notre bataillon est composé en majeure partie de réservistes de Bourgogne des Vosges et de Parisiens. A la suite de cet épisode le bataillon est cité à l’ordre de la division car le 3 septembre 1916 après avoir tenu 5 jours sous un violent bombardement et perdu, par un tir de contre préparation le cinquième de son effectif, il a d’un seul élan atteint son objectif à 900 mètres du point de départ. Objectif conquis à la grenade et au couteau sur trois tranchées ennemies demeurées intactes et garnies de mitrailleuses. Après s’être emparé de 7 mitrailleuses, de 5 officier et de 190 grenadiers de la garde prussienne qui ont avoué à l’interprète n’avoir jamais imaginé assaut si âprement poussé. A cette attaque je reçois ma première citation. « 

Le chemin de Maurepas au Forest en septembre 2016 :

 

chemin-leforest