Archives mensuelles : février 2015

Du 3 au 11 février 1915 Parroy

Mauvais temps, dégel, chemins défoncés abominables. Combats tous les jours dans la forêt de Parroy

Pertes :

MARIA Louis Valentin, blessé grièvement et fait prisonnier. Décédé en captivité.

PREAULT Silvain blessé (amputation du bras)

VISCHERY Bertin adjudant-chef « chef de section énergique très sérieusement blessé en conduisant une reconnaissance difficile. » (amputation jambe)

ÉCUVILLON Amédée-Eugène.

19160708-Ecuvillon-Amédée-Thoiry-311-T305-Largeur-max.-640-Hauteur-max.-480

Classe 1902. Sergent au 43e bataillon de Chasseurs alpins, Cie de Mitrailleuses. –­Boulanger à Genève. – Fils de Écuvillon Louis, propriétaire à Baisenaz (commune de Thoiry). Médaillé militaire. Vétéran de Cri­mée et d’Italie, et de Chapuis Joséphine. -Marié à Mlle Brunet Cécile, domiciliée à Genève.

Mort pour la France, le 8 juillet 1916, à la station sanitaire d’Alix (Rhône). – Griè­vement blessé à la forêt de Parois, près Nancy, en février 1915.

Décoré de la Médaille Militaire avec la citation suivante : Ordre général de l’Armée :

« Écuvillon Amédée-Eugène, comman­dant un petit poste attaqué par des forces supérieures, a été blessé d’une balle à la face dès le début de l’engagement. A conservé son commandement pendant plus d’une heure sous un feu violent et ne l’a quitté qu’a l’arrivée de son commandant de com­pagnie venu pour renforcer la ligne. »

Décoration remise au blessé à l’hôpital de Lunéville.

Source : Site :  Memoire Gessienne

Petit poste avancé - Parroy

Petit Poste Avancé – Parroy

source photo : Sébastien Bonhomme