Lieutenant Villa

U me bellu ufficiale
O lu me fieru leone

O mon bel officier
O mon fier lion



Crédit photo : Archives de la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs

Merci à Christian Calet

Philippe VILLA

Né le 6 février 1892 à Piedicroce en Corse, résidant à Stazzona

5ème Régiment de Chasseurs d'Afrique puis 43ème BCP

Tué à l'ennemi le 29 octobre 1918 à Waregem en Flandres lors de la dernière offensive du Bataillon

Commandant la 8ème compagnie

" La 8eme compagnie, en terrain découvert, est prise à partie par les mitrailleuses de la cote 30 et de la route, battue par un tir précis de 77, menacée par une contre-attaque par le bois. Le commandant de compagnie est tué. "

Extrait de l'historique du bataillon


Cité à l'ordre du Bataillon 5 juin 1917 :

"Officier d'un dévouement et d'un courage remarquable a prouvé les qualités d'un chef de section accompli."

Cité à l'ordre de la Division 22 septembre 1917 :

"Officier d'une bravoure et d'une conscience absolues a maintenu la troupe sous les bombardements les plus violents et grâce à l'organisation parfaite de sa ligne a fait échouer une attaque ennemie."

Cité à l'ordre de la Division 3 décembre 1917 :

"Officier d'une bravoure absolue volontaire pour commander une troupe dans un coup de main a fait preuve d'une énergie superbe" 

Chevalier de la Legion d'Honneur :

" Vaillant officier dont la bravoure et les belles qualités militaires lui avaient déjà valu 5 citations à l'ordre au cours de la campagne. Glorieusement tombé au champ d'honneur le 29 octobre 1918 à Vareghem. "

Inhumé à la NN de Machelen Belgique  

 

Merci à P. Mestdag pour la photo et pour le coquelicot - Voir son site :

http://www.forumeerstewereldoorlog.nl/viewtopic.php?p=288330&sid=66019c93d1ab374a8773c85882fcc3ce

 


Eglise de Stazzona autel érigé aux Enfants de la paroisse morts pour la France
Source photo : ministère de la Culture base Mérimée 



Lamenti in memoria di Filippu Villa mortu u 29 d'ottore 1918


Complaintes à la mémoire de Philippe Villa mort le 29 octobre 1918
 

 Di lu ghjornu di San Martinu                                     Le jour de la Saint Martin
 Mai mi ne scurderaghju,                                            Je ne l'oublierai jamais,
 M'hè ghjuntu un negru ghjispacciu                          M'est parvenu un noir message
Mandatu da lu to babbu                                              Envoyé par ton père  
Chì lu vintinove ottore,                                               Disant que le vingt-neuf octobre
O Filì, ghjere cascatu.                                                 Ô Fils, tu étais tombé.
 
 Cum'ai fattu à cascà,                                               Comment as-tu fait pour tomber
Lu me curaggiosu è fieru ?                                       Toi, mon courageux et fier ?
È lasciatti la to patria,                                              Et laisser ainsi ta patrie
Tù ch'ere tantu sinceru,                                           Toi qui étais si sincère
È chì di lu battaglione                                               Et qui, de ton bataillon, 
Ere lu più gran guerrieru.                                         Etais le plus grand guerrier.
 
 Detta da li to cumpagni :                                        Déclaré par tes camarades :
Bell'omu è superiore !                                             Un bel homme, et supérieur ! 
Avie ottu citazioni                                                   Tu avais huit citations
E' la Legione d'onore.                                              Ainsi que la Légion d'honneur.
Appena vintisei anni,                                               Et pas plus de vingt-six ans
O lu me fieru leone !                                                Ô mon lion si fier !
 
Ci hà scrittu lu cumandante,                                 Nous a écrit ton commandant
Ci hà scrittu lu capitanu,                                       Nous a écrit ton capitaine 
L'onori ti funu resi                                                 Les honneurs te furent rendus
Signati da la so manu.                                           Signés de leur propre main
. Ma què, à noi, ùn ci cunsola,                               Mais cela ne nous console pas
Lu me Erculu rumanu !                                          Mon Hercule romain ! 
 
 Un' poi esse chè tù,                                             Cela ne peut être que toi 
Or ghjunghji lu me Filippu.                                   Là, tu arrives, mon Filippu.
S'è tù vedi lu to babbu                                         Si tu voyais ton père
Quantu di dulore hè afflittu !                              Comme il est affligé de douleur !
U visu di la to mamma,                                        Et le visage de ta mère
O Filì, quant'ell'hè tristu !                                   Ô Fils, combien il est triste !
 
 Cum'è farà lu to babbu                                      Comment fera-t-il ton père
À suppurtalla ista pena ?                                    Pour la supporter, cette peine ?
Or ghjunghji lu me Filippu                                  Là, arrive donc, mon Filippu
Eppò cunsolaci appena.                                      Et puis console-nous un peu.
À u core di la to mamma                                    Au cœur de ta mère
L'ai siccatu una vena !                                       Tu as desséché une veine !
 
S'è tù vedi le to surelle                                      Si tu voyais tes sœurs !
Oghje ùn le cunnosci più !                                 Ce jour, tu ne les connais plus ! 
Portanu u mandile neru                                     Elles portent le mouchoir noir                                                 
Perchè ùn ci sì più tù.                                        Parce que, toi, tu n'es plus. 
Ùn ci pare micca vera                                        Cela ne paraît pas vrai 
Ch'ùn abbia da ghjunghje più !                         Que tu ne reviennes plus !
 
Induve hè lu me Petru ?                                   Où est-il donc, mon Petru ?
Induve hè pigliatu Papà ?                                 Et où est donc passé Papà ?
À aspettà lu so fratellu                                     Ils sont à attendre leur frère
Chì dumane hà da sbarcà                                 Qui doit débarquer demain
Detta da lu generale                                         Déclaration du général
Ùn pudemu più aspettà.                                   Nous ne pouvons plus attendre.
 
Dumane, sì Die vole,                                        Demain, si Dieu le veut,
Aghju da cullà in Orezza                                  Je dois monter à Orezza
Chì ghjunghje lu me Filippu.                            Parce que mon Filippu arrive.
Farà onore à la filetta                                      Il fera honneur à la fougère
Cun la so croce d'onore                                   Avec sa croix d'honneur 
E' a s'innurata spalletta.                                 Et son épaulette dorée.
 
Chjamatemi à Paulina !                                  Appelez-moi Paulina !
Chjamate à lu me fratellu !                             Et appelez mon frère !
Ghjungu cun lu so figliolu                              J'arrive avec leur fils
È ùn li vecu à lu purtellu !                              Et je ne les vois pas à la fenêtre !
Cumu hè chì ùn sò à aspettallu                      Comment ne sont-ils pas à attendre
Lu nostru pumposu acellu ?                           Notre superbe oiseau ?
                                                                       
 Ùn la cridianu què !                                      Cela, ils ne le croyaient pas !
L'armistizia era signata                                 L'armistice était signé
Avianu da fà l'evvive.                                    Ils devaient faire les vivats.
Cum'è la sorte hè ingrata !                            Comme le sort est ingrat !
Ùn pudemu fà chè pianghje                          Et nous ne pouvons que pleurer
O nutizia scelerata !                                      Ô nouvelle scélérate !
 
 U me bellu ufficiale                                      Mon bel officier
Pienu di perseveranza                                  Rempli de persévérance
U to sangue cusì fieru                                  Ton sang si fier 
L'ai versatu à la Francia.                              Tu l'as versé pour la France.
Di ghjunghje à cantà vittoria                       D'arriver pour chanter victoire
Ùn ai avutu la scenza.                                  Tu n'en as pas eu la chance.
 
 Addiù, riposa in pace,                                 Adieu, repose en paix,
O caru, lu me Filippu !                                 Ô chéri, mon Filippu !
T'hà vugliutu lu Signore                              Le Seigneur t'a voulu
In lu so corpu d'elitu,                                  Dans son corps d'élite,
Di lu to novu battaglione                            De ton nouveau bataillon
T'hà numinatu ministru.                             Il t'a nommé ministre.

 Addiu, lu me Filippu                                  Adieu, mon Filippu
Dormi avà cun li martiri.                            Désormais, tu dors avec les martyrs.
Prega pè li to fratelli                                  Prie pour tes frères
Prega pè li to cucini.                                  Prie pour tes cousins.
Chì lu to corpu riposi                                 Que ton corps repose
À mezu à li gelsumini.                               Parmi les jasmins.
 

 Poème écrit par Anghjula Guidoni
 tante et marraine du lieutenant Jacques Philippe VILLA, peu de temps après l'annonce de son décès.
 
 « Poète en langue corse, elle improvisait des berceuses pour nous endormir. Se fiant à sa grande mémoire, elle n'écrivit pas ses créations auxquelles elle n'attribuait pas la valeur qu'elles auraient en ce moment (du moins au point de vue sentimental). Seule une complainte que j'ai recueillie sous sa dictée témoigne de ses dons poétiques. Le sujet est un drame navrant : son neveu et filleul, Philippe Villa, fils de son frère Divicorsu, de A Stazzona, beau lieutenant de vingt-six ans, trouva la mort en octobre 1918 sur le champ de bataille, après avoir traversé sans encombre les quatre années de guerre. » 
 
 
 Crédit texte : Paul DALMAS-ALFONSI

https://racines-corses.fr/wp-content/uploads/2015/08/PaulDalmasAlfonsi_txt_lamentations_20101.pdf






 

Mort Pour la France 

Albert MARTIN

Brancardier

Né le 11 mai 1885 à Fontaines domicilié à Jambles en Saône-et-Loire

Tué à l'ennemi le 29 octobre 1918 à Waregem en Belgique

Volontaire pour relever sous un feu violent de mitrailleuses le commandant de compagnie VILLA grièvement blessé, il tombait dans cette périlleuse mission.

"Les blessés, les brancardiers sont impitoyablement mitraillés par les Boches..." (extrait du JMO)